PRÉSIDENT MACRON – «Réhabilitez les 192 tirailleurs sénégalais naufragés de l’Afrique» PRÉSIDENT MACRON – «Réhabilitez les 192 tirailleurs sénégalais naufragés de l’Afrique»

REIMS – Le président Macron honore les 6 000 soldats de « l’Armée noire » qui ont libéré la ville en avril 1918.

Pourtant, les victimes de la plus grande catastrophe maritime française, les 192 tirailleurs naufragés, restent les grands oubliés du Centenaire de la première guerre mondiale.

L’itinérance mémorielle du président de la République oublie les plages des Sables d’Olonne, de La Rochelle et de Noirmoutier.

En effet, le président aurait pu réchauffer ces côtes témoins horrifiés et inconsolés de la plus grande catastrophe maritime Française : le naufrage de L’Afrique le 12 janvier 1920. Ces plages Atlantiques de Vendée, de l’Ile de Ré et de l’Ile d’Yeu sont les tombeaux fatals des corps des naufragés du paquebot AFRIQUE des Chargeurs Réunis le 12 janvier 1920.

Colonisés et ostracisés sur leurs propres terres mais requis ou volontaires pour une guerre si loin de chez eux, miraculés des meurtrières tranchées de Verdun, ce sont de jeunes hommes de 20-25 ans qui montent, ce 9 janvier 1920, sur les quais des Chartrons de Bordeaux, à bord du paquebot Afrique, indifférents à l’entrepont nauséabond où ils sont entassés, hébétés d’en être revenu, impatients de retrouver leurs foyers et de demander des comptes de justice, d’égalité et d’indépendance.

De cette catastrophe, on parlera surtout, quoique de façon très confidentielle, des 400 autres passagers : équipage, administration coloniale, missionnaires, employés, familles françaises, femmes et enfants partis rejoindre les pères sur ces territoires d’outre-mer exploitées par la Métropole.

Plusieurs raisons à cela. L’ombre d’une grande guerre où les morts se chiffrent en millions. L’élection présidentielle française de 1920 qui verra la défaite de Clémenceau. Et enfin et surtout cette abondante et encombrante présence de tirailleurs sénégalais, à la nationalité incertaine et au sort assez indifférent.

Des controverses judiciaires, techniques et politiques surviendront par la suite, sans qu’on ait accordé aux 192 douze soldats indigènes disparus en mer, dans l’exercice de leur devoir, l’attention, l’hommage et la reconnaissance pour services rendus à la France.

Morts pour la France, ignorés de tous, ces tirailleurs gisent toujours au fond de l’Océan.

Le pire c’est l’oubli du sacrifice dont les filles et les fils d’Afrique ont été contraints. Le pire c’est le mépris.

Ce plaidoyer pour Réhabiliter les tirailleurs naufragés fait le pari d’une mémoire consciente mais réconciliée. Il est adressé au Président de la République par courrier officiel.

Pour Karfa Sira Diallo, fondateur- directeur de Mémoires & Partages: « Le président Macron et l’Etat Français ont une responsabilité dans la mort de ces soldats requis pour cette première guerre mondiale. Il est absolument nécessaire de réhabiliter ces tirailleurs. L’Etat peut et doit réhabiliter ces soldats. C’est ce que nous espérons du président Macron.  Une juste mémoire peut participer à l’intégration comme à combattre les stéréotypes. »

MÉMOIRES & PARTAGES

ALLER PLUS LOIN : http://www.rfi.fr/hebdo/20180119-naufrage-paquebot-afrique-exposition-bordeaux-tirailleurs-senegalais-memoire

HOMMAGE CE 10 NOVEMBRE AUX SOLDATS DES COLONIES ENTÉRRÉS DANS LES CIMETIERES DE BORDEAUX

Patrick Carl

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Or

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.