DJ ARAFAT – « Le premier pas à faire c’est de rester en vie… » DJ ARAFAT – « Le premier pas à faire c’est de rester en vie… »

TRIBUNE – Réagissant à la mort brutale de la star de la musique africaine, la romancière camerounaise Hemley Boum campe, avec justesse, la névrose d’une partie de la jeunesse africaine.

__________________

La contre-culture africaine c’est eux! Ils sont incroyablement talentueux.
Artistes, sportifs, à eux seuls ils créent des courants, des houles, des vagues! Ils transcendent puissamment nos frontières. Ils ne sont fils de personne, ils viennent de nulle part et tout d’un coup ils s’imposent.
Ils sont trop souvent dans cette masculinité arrogante, indécente, tapageuse qui fait tant de dégâts.
Dans les signes extérieurs de richesse, mais la richesse a-t-elle des signes intérieurs? 
Ils n’en n’ont rien à faire du droit d’aînesse.

Les fameuses valeurs de la bourgeoisie africaine les auraient relégués au fin fond de rien du tout s’ils n’avaient eu leur extraordinaire talent. Et ils le savent. À juste titre, ils ne les respectent pas.
Ils ne croient qu’au pouvoir de l’argent.
Pour une raison simple, ils ont trop manqué de tout pour négliger ce que cela représente.
Si les intellectuels les méprisent, eux, ils s’en fichent et ils ont bien raison. Avec leur musique, leurs performances sportives, ils touchent un public qu’aucun livre ne peut atteindre. Et ils pourraient payer les salaires de dizaines de prof d’université, c’est dire…
Ils sont la contreculture. L’autre côté des mots, des argumentaires, des poses, du raisonnable et de la correction. Ils débordent le cadre…Ils sont le rythme qui fait battre les cœurs. Ils ont une intuition aiguë de nos sociétés, et pour ça, les gens les idolâtrent même dans leur délire. Ils sont des leurs, aujourd’hui pour toujours. Ce n’est pas qu’ils ont raison ou tort, simplement ils sont ce qu’ils sont, à en mourir!
Ils sont nos enfants surdoués…
RIP DJ Arafat.
J’aurais aimé te voir vieillir, je suis curieuse de savoir ce que le temps aurait fait de toi. 
À vous autres qui lui ressemblez tellement, nous n’avons pas de leçon à vous donner. Juste, essayez de rester en vie. Ne renoncez pas encore! Moi je pense à sa mère, mais je vous exhorte vous à songer à ses gamins qui vont grandir sans père. C’est votre tour d’assurer et le premier pas à faire c’est de rester en vie.

Hemley Boum, née en 1973 à Douala, est une romancière camerounaise francophone.

Patrick Carl

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :