COMBATTRE L’ESCLAVAGE AUJOURD’HUI- Bordeaux accueille Biram DAH ABEID COMBATTRE L’ESCLAVAGE AUJOURD’HUI- Bordeaux accueille Biram DAH ABEID

Ce samedi 4 février, le militant anti-esclavagiste Mauritanien invité du 223e anniversaire de l’abolition de l’Esclavage.

Selon un classement de la Fondation australienne Walk Free, la Mauritanie est le premier pays esclavagiste du monde. 150 000 personnes, soit 4% de la population mauritanienne, sont réduites en esclavage. Privées de terres, de mariage, d’héritages, des familles entières sont soumises à un esclavage primaire, au racisme et aux discriminations de toutes sortes.

Depuis 2014, l’association internationale Mémoires & Partages s’est engagée à célébrer la première abolition de l’esclavage du 04 février 1794. Révolutionnaire, cette décision est entachée par le rétablissement de l’esclavage par Napoléon Bonaparte en 1802. Pourtant cette abolition porte en elle des germes des valeurs d’égalité et de fraternité inédits dans la République française. En effet, ce sera la seule suppression de l’esclavage qui ne prévoie pas l’indemnisation des esclavagistes.

Pour en tirer des enseignements dans un monde où persiste encore l’exploitation et la servitude, Mémoires et Partages a décidé de dédier ces commémorations à l’esclavage moderne, un fléau réel mais somme toute ignoré ou négligé. La célébration de cette journée, inspiré de l’esprit abolitionniste de la traite des noirs actualise notre combat permanent contre toutes formes de privation de liberté et d’humiliation humainement infondées et juridiquement inacceptables.

Sans confondre la traite des noirs et l’esclavage moderne, mais en partant non pas du droit mais de la réalité des rapports domestiques en milieu urbain, on peut rapprocher la situation de certains esclaves du 18ème siècle de celle des femmes, d’hommes et d’enfants réduits aujourd’hui à l’esclavage moderne.

Survivance de l’esclavage traditionnel (Mauritanie, Niger, Soudan, différents pays du Golfe persique), l’esclavage par ascendance continue d’asservir des individus, à coté des phénomènes de travail forcé, d’esclavage sexuel et pour dette.

Invité exceptionnel: Biram DAH ABEID, Président de l’Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA Mauritanie).

Biram Dah Abeid a reçu en 2013 le prix des droits de l’homme des Nations unies. Le président de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) est l’invité du 223e anniversaire de l’abolition de l’esclavage.

PROGRAMME DU 4 FEVRIER 2017

11h : Cérémonie Officielle avec discours des autorités

sur le Parvis des Droits de l’homme (Tram A, Palais de Justice)

Lectures de textes avec Gislaine Raphose (comédienne, Cie Chaines brisées)

15h- Diffusion documentaire:

“Même si tu pries, tu n’iras pas au paradis” Diagne Chanel traitant de l’esclavage en Mauritanie

À l’IMMEUBLE GIRONDE (Conseil Départemental)

83, cours du Maréchal Juin à Bordeaux, 

Tram A, arrêt Hôtel de Police (face Grande Bibliothèque)

16h-18h : Table-ronde « Le travail de mémoire pour combattre l’esclavage d’aujourd’hui »

Avec Biram Dah Abeid, président de l’ IRA, Sylvie O’DY, vice-présidente du Comité contre l’Esclavage moderne et Diagne Chanel, artiste réalisatrice.

18h- Remise du Label « Mémoires Partagées » à Mr Biram Dah Abeid

Patrick Carl

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Or

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *